UBATS-HORSPISTES

Sazos

 La commune relevait autrefois des seigneurs de Vergès, qui ont fondé  la paroisse Saint-Julien de Sazos.

Eglise dédiée à St Julien

 

 

 

 

Sortie de l'église de Sazos un dimanche de 1ere communion

 

Le cœur vu des tribunes

à l'heure de la messe

De part et d'autre de la nef centrale, 2 peintures  qui ont été fort abimées ...... ici Adam et Eve, l'arbre de la connaissance du bien et du mal : une représentation du péché originel  

..........par une restauration malheureuse.

Au dessus Adam et Eve "le peché originel" et en dessous "le jugement dernier"

====================================

La chaire

 

Le baptistère que l'on peut refermer comme il était d'usage autrefois.

 

L'entrée de l'église se fait pas un escalier descendant pour accéder au cœur et en montant pour accéder aux tribunes

avec un fort beau bénitier

 

 

et un vitrail 

l'église est de grande taille pour un village de taille somme toute assez modeste.(≈ 112 hab.)

Elle comporte 2 niveaux de tribunes, la tribune supérieure étant prolongée à droite et à gauche par une galerie latérale.

 

"Elle possède un beau tympan historié sous une corniche à modillons. Les six colonnes à base à griffes sont surmontées de chapiteaux représentant des animaux mythologiques : centaure tirant à l'arc sur un monstre, deux oiseaux, un sphinx affrontant un bouc... Tympan avec Christ en majesté, entouré des quatre Évangélistes. Il est proche de celui de Luz-Saint-Sauveur. Malheureusement, il se trouve derrière un auvent-abri relativement moderne et la porte est souvent fermée à clef, même le dimanche. Sous cet abri sont scellées quelques pierres tombales des XVIIIe et XIXe siècles.

Le clocher-tour du XVIe siècle percé de deux hautes baies, dont une partie de la base a été murée, possède un toit d’ardoise quadrangulaire surmonté d’un insolite clocheton, genre chimboulet. Ce clocher abrite trois cloches sur les cinq initiales mentionnées dans un rapport épiscopal. La plus petite vue de la rue, à gauche est datée 1871. Elle remplace l'ancienne cloche fêlée. La seconde, vue à droite, provient de la fonte de deux anciennes cloches en 1869. Elles viennent de la fonderie Ursulin Dencausse de Tarbes, comme la plus petite à l'arrière qui est aussi de 1869.

Le chevet est consolidé par trois contreforts plats qui montent jusqu’à la corniche supportée par de frustes modillons sculptés. Le contrefort du milieu est élargi à mi- chemin pour laisser la place à une fenêtre.

Sur la façade sud, présence d’une fenêtre géminée sans sa colonnette médiane, d’un enfeu du seizième siècle (niche funéraire) avec un sarcophage décoré de sculptures. On imagine qu'il servait aux prêtres de l'église. Nous avons une date sure 1637, ensevelissement de Bernard Layré, prêtre. On peut penser que le tombeau avait servi avant.

Profitez de votre visite pour saluer N-D des Bergers sur la colline. Jadis, point de rassemblement de bergers, au départ et au retour des transhumances.

Elle est considérée par G. Balencie comme l’une des plus intéressantes du Lavedan"

 

d'après Jean OMNES , in " page FB : les amis de Lourdes, du payas Toy et du Lavedan"

 

 

 

 

Dernière mise à jour : 01 mars 2020